skip to Main Content

Bienvenue!

Bien plus qu'une jardinerie traditionnelle, Pépinière Villeneuve vous éblouira par l'immensité et la beauté de son site. Avec ses serres ultramodernes et ses vastes aires de production, la Pépinière Villeneuve cultive chaque année plus de 200 000 plantes en pot, regroupant 1 000 variétés de vivaces et d’arbustes ainsi qu’une grande sélection de fleurs annuelles. Au cœur de l'érablière, découvrez de magnifiques jardins aménagés pour vous inspirer. Une collection de plus de 1 000 plantes matures! De par l'emplacement particulier du centre-jardin et notre statut de producteur, nous avons su faire de notre passion un mode de vie et un milieu de vie. Notre équipe qualifiée saura vous guider et vous conseiller.

Pépinière Villeneuve

951 rang de la Presqu’ile
L'Assomption (Qc) J5W 3P4
Tel: (450) 589-7158
Fax: (450) 589-4916
www.pepinierevilleneuve.com

*Centre-jardin FERMÉ*

Lundi au vendredi
8h30 à 12h00
13h00 à 16h30
Samedi
Fermé
Dimanche et férié
Fermé

La punaise velue

La punaise velue est un petit coléoptère noir de type suceur d’environ 5mm de long, à l’abdomen plutôt aplati et aux ailes blanches et lustrées repliées sur le dos. Elle est un important ravageur des pelouses. Au Québec, elle est faussement appelée punaise des céréales, cette dernière étant présente aux États-Unis et dans le sud-ouest de l’Ontario. On la reconnait par son abdomen rouge clair et blanc chez la larve et les ailes blanches repliées sur le dos chez l’adulte.

Cycle de croissance

Les adultes s’accouplent et pondent leurs œufs au sol pendant l’été, au cours des deux semaines qui suivent leur émergence du sol. Les œufs éclosent 2 semaines après la ponte et les larves se nourrissent de la sève qu’elles sucent sur les racines des graminées. En se nourrissant, elles empêchent l’eau et les éléments nutritifs de circuler adéquatement entraînant ainsi la mort du gazon. Elles passent l’hiver dans le sol ou s’abritent dans les accumulations de feuilles sous les haies ou les arbustes.

Dommage causé par la punaise velueEn juin et juillet, par temps chaud et sec, des plaques jaunes ou brunes apparaissent sur la pelouse.
En frottant vigoureusement les surfaces jaunies avec la main, on peut apercevoir de nombreux petits insectes rouge clair (larves) ou noirs (adultes) qui s’activent.  Les punaises causent beaucoup plus de dommages en période de sécheresse ou dans les accumulations de chaume. Les terrains établis sur des sols sablonneux et ceux situés à des endroits très ensoleillés sont plus sujets aux infestations de la punaise.

Pour s’assurer que les symptômes observés sur le gazon sont bel et bien causés par la punaise plutôt qu’à un manque d’eau, il y a un bon moyen:

  • Prendre une boîte de conserve et en retirer les 2 extrémités
  • Enfoncer une des extrémités de quelques centimètres dans le sol, à un endroit où l’on peut constater des dommages.
  • Remplir d’eau la boîte de conserve et, si possible, gratter légèrement le fond avec un bâtonnet.
  • Après quelques minutes, les insectes présents flotteront à la surface.  Vous serez alors en mesure de les identifier, de les compter et de déterminer ce qu’il convient de faire.

Contrôle

Il est facile de contrôler la punaise si elle est détectée tôt dans la saison. Plusieurs méthodes de lutte (chimiques, culturales et biologiques) sont possibles. L’irrigation, la fertilisation et l’utilisation de cultivars résistants ainsi que des applications d’insecticides s’avèrent efficaces. Vous pouvez aussi recouvrir la zone infestée d’un drap de finette (flanellette) de couleur pâle. Les punaises s’y accrocheront en 15 à 20 minutes et pourront être enlevées avec un aspirateur ou noyées dans un seau d’eau savonneuse. Le Bio-mist, Trounce, End All ou Bug X sont aussi efficaces. Il est important de savoir que les adultes de la punaise velue passent l’hiver sur les débris végétaux (feuilles mortes, mauvaises herbes), sous les haies, dans les buissons, en bordure des routes, etc. Pour diminuer les risques d’infestations, à l’automne et au printemps, débarrassez-vous des débris végétaux et des vieilles tiges.

La Chenille à Tente Ou Livrée D'Amérique

La livrée d’Amérique

C’est une belle journée, vous enfilez vos bottes et vos gants, beaucoup de travail vous attend au jardin. Lorsque vous passez devant votre superbe pommier…AH NON, DES CHENILLES! Ce bel arbre remplit de belles fleurs est littéralement envahi de ces petites chenilles noires avec des marques bleues. Que se passe-t-il? Est-ce dangereux? Mon pommier va-t-il mourir? Que puis-je faire? Bien, sachez que vous n’êtes pas le seul propriétaire d’arbre qui fait cette surprenante découverte au printemps. Il n’y a pas matière à s’inquiéter si on agit au bon moment. La chenille à tente est l’un des prédateurs les plus courants et les plus visibles de nos arbres.

La livrée d’Amérique porte également le nom de «Chenilles à tentes». Pourquoi?  Tout simplement parce que tous les soirs, elles se retirent dans un abri de soie qui ressemble à une tente. Vous verrez cet abri assez facilement dans les branches de votre arbre. La livrée d’Amérique est un papillon de nuit. Les dégâts qu’elle produit se font lorsqu’elle est chenille.  Elles font toutes beaucoup de dégâts, défoliant ou presque l’arbre dans lequel elles se trouvent. Elles pondent leurs œufs en juillet et passent l’hiver qui suit à ce stade. La chenille de la livrée d’Amérique émerge au printemps, dès le débourrement des bourgeons. C’est à ce moment que les tentes sont visibles.

Leurs principales hôtes sont le pommier, le frêne, le cerisier, l’orme, l’érable et le saule. Elles peuvent se disperser sur d’autres végétaux des environs, retournant toutefois dans leur tente chaque soir. L’intensité des dégâts est différente chaque année; parfois les nids de chenilles à tente sont plutôt parsemés. Alors, les dégâts sont moins alarmants. D’autres années, beaucoup d’arbres hôtes dans le secteur sont infestés et alors la défoliation est assez visible. Les chenilles se nourrissent en colonies. Au début, les chenilles ne font que squelettiser les feuilles. Plus tard, elles dévorent les feuilles en entier. Dans les cas d’infestation graves, la totalité des feuilles d’un arbre peut être mangée.

Intervention

BTKEn pleine forêt, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Un arbre fort et en santé saura y survivre et de nouvelles feuilles feront leurs apparitions en quelques semaines. De plus, certains oiseaux s’en nourrissent. Chez vous, quand elles s’installent dans un arbre ornemental ou fruitier, il faut les contrôler et c’est assez simple à faire. Elles ont un point faible! Le fait de retourner dans leur  »tente » chaque soir vous donne un grand avantage. Coupez les branches sur lesquelles le nid est installé et jetez la  »tente » dans un sac de plastique scellé. Vous n’aurez qu’à jeter le tout aux vidanges.

Vous avez aussi l’option d’utiliser un insecticide. Celui que nous vous proposons est même BIO! Les seules formulations d’insecticides autorisées pour lutter contre les ravageurs forestiers au Québec sont celles à base de Bacillus thuringiensis var. kurstaki. Donc nous vous proposons le BTK. Ce qui est beau avec le BTK c’est que les impacts négatifs sur l’environnement sont pratiquement absents.

Brûlure Phomopsienne

Brûlure Phomopsienne

Brûlure phomopsienne sur les genévriers et thuyas

 

La brûlure Phomopsienne est une maladie fréquente sur les genévriers et quelquefois sur les thuyas. Elle se manifeste par l’apparition de plusieurs petites branches jaunes qui deviennent noirâtres avec le temps. Les genévriers érigés sont souvent affectés à la suite d’un hiver difficile. La dessiccation hivernale prédispose les plants à cette maladie qui se développe très rapidement par temps humide.

Quelques détails importants;

  • Évitez de tailler régulièrement les genévriers pour ne pas favoriser le développement de la maladie.
  • Espacez suffisamment les plants lors de la plantation pour accélérer l’assèchement du feuillage.
  • Évitez les applications d’engrais riches en azote (1er chiffre plus élevé) en fin de saison

Taille de l’extrémité d’une branche de conifère

  • Désinfectez le sécateur à l’aide d’alcool à friction (70 %) entre chaque coupe.
  • Une pulvérisation des plants avec un produit contenant du cuivre peut aider à corriger le problème. Ces traitements sont surtout utiles lorsqu’il pleut fréquemment, car la maladie se développe rapidement.
  • Une fertilisation d’appoint avec un engrais riche en potassium permet d’amoindrir le problème, surtout dans le cas où le plant n’a pas été fertilisé depuis quelques années.
L'application De L'huile De Dormance

Comment appliquer l’huile de dormance

L’huile de dormance est une huile épaisse appliquée normalement au printemps, à la fonte des neiges, mais on peut aussi l’utiliser à l’automne, après la chute des feuilles. C’est le traitement insecticide favori des amateurs de fruitiers, car ils ont plus que leur part d’ennemis. Cette huile agit sur les insectes et acariens qui hivernent sur les branches et les écorces. En recouvrant l’insecte d’huile, on vient boucher ses pores, ce qui l’empêche de respirer. Aussi elle fait fondre la couche cireuse qui protège certains insectes exposant leur corps fragile à l’air sec.

Application

-> 1 seule application avant l’éclosion des bourgeons au printemps (mi-avril à fin avril). 20 ml par litre d’eau.

  • Traiter lorsque la température ne descend pas en bas de 4°C la nuit, suivant l’application.
  • Il ne doit pas pleuvoir pendant les 48 heures suivant l’application.
  • Vaporiser par temps doux et sec pour un séchage rapide.
  • Couvrir le tronc et les branches assez pour mouiller sans ruisselage.
  • Brasser souvent le contenant pendant l’application, pour garder le mélange homogène.
  • Utiliser toute la préparation.
  • À l’automne, remiser le produit dans un endroit sec et tempéré.

Ne pas appliquer sur les hêtres, les noyers, les érables à feuilles rouges, les érables à sucre, les érables japonais, les épinettes bleues, les caryers, des houx et les pommiers de la variété ‘Délicieuse’ quand ils sont en feuilles, faire l’application au stade dormant seulement. L’huile horticole peut rendre vertes les aiguilles bleues des conifères. Par contre, les nouvelles pousses seront bleues à nouveau.

L’huile de dormance est non toxique; son action est strictement physique. Elle est donc inoffensive pour les humains, les mammifères, les oiseaux et les poissons quand on l’utilise correctement. Pour qu’elle soit efficace contre les insectes, elle doit toutefois les toucher: elle ne sera pas efficace contre les insectes qui hivernent sur les racines, dans le sol ou dans la litière forestière, seulement ceux élisant domicile sur les parties aériennes des végétaux. Aussi, son effet résiduel est minime: elle se dégrade après quelques jours et disparait.

Pour un effet plus efficace contre les maladies, généralement on la combine à de la bouillie soufrée, un fongicide biologique. Ils peuvent être appliqués dans une même vaporisation, mais attention: ils ne restent pas en solution longtemps, surtout pas la bouillie soufrée. Il faut donc agiter régulièrement le réservoir de l’applicateur lors de la vaporisation. La bouille soufrée est efficace contre : la cloque des feuilles, le blanc, la tavelure, la rouille, l’anthracnose, la brûlure de la tige, le chancre et la tache noire du rosier. La bouillie est aussi efficace contre les phytopes, les kermès, les œufs de tétranyques et de pucerons.

Application

-> Peut être mêlée à l’huile lors de son application printanière.
-> 20 ml (4 c. à thé) d’huile de dormance et 40 ml (2 ½ c. à table) de bouillie soufrée par litre d’eau.

  • Lors de l’application, la température ne doit pas descendre en bas de 4°C, ni aller plus haut que 25°C.
  • Répéter aux 10 à 15 jours sur les plantes plus sensibles aux maladies comme les gadelliers, les rosiers, les pommiers et les aubépines (jusqu’à l’apparition des fleurs).
  • Vaporiser pour bien couvrir la plante au complet sans ruissellement.
  • Brasser souvent le contenant pendant l’application pour garder le mélange homogène.
  • Utiliser toute la préparation, car le mélange perd de son efficacité avec le temps.

Ne pas appliquer sur les pruniers, les pommiers ‘Délicieuses et les abricotiers quand ils sont en feuilles. Appliquer au stade dormant seulement, sinon ils pourraient montrer des symptômes de phytotoxicité.

La culture des cerisiers griottes

Parfois nos cerisiers fructifient peu ou pas assez à notre goût, voici quelques recommandations qui pourraient aider. Trois facteurs sont en cause pour une bonne fructification :

Le sol

Il doit être neutre, sablonneux et très bien drainé. Les cerisiers ne tolèrent pas d’avoir les pieds mouillés. Si votre sol est plus ou moins argileux, vous devrez l’amender avec du compost et de la mousse de tourbe. Veillez aussi à planter votre arbuste en butte (plus haut que le niveau du sol) afin de faciliter un bon drainage.

La pollinisation

La plupart des cerisiers sont autofertiles, mais la compagnie d’un autre cerisier de variété différente favorisera la pollinisation croisée. Par exemple, vous avez un cerisier Roméo, la plantation d’un Crimson Passion ou d’un Juliette sur la même parcelle augmentera la fructification.

L’engrais

On applique un engrais enracineur à la plantation; mais appliquer de l’engrais trop intensivement aux fruitiers favorise l’augmentation du feuillage au détriment des fruits. En résumé, le cerisier ne nécessite pas de fertilisation plus qu’il n’en faut.

Naturellement un site ensoleillé est de mise et pas trop venteux (ça facilite le travail des abeilles lors de la pollinisation). On taille le moins possible, que si des branches se croisent et frottent ensemble ou sont brisées.

La Taille Des Arbres Fruitiers

Comment tailler les arbres fruitiers

En favorisant l’entrée de l’air et de la lumière, la taille préviendra le développement des maladies et améliorera la qualité des fruits. De plus, au cours des premières années de croissance, la taille de formation permettra aux petits arbres d’obtenir une structure solide et une forme équilibrée.

ATTENTION! Une taille trop sévère ou inadéquate est plus néfaste que de ne pas tailler du tout. L’objectif de la taille est de corriger les défauts majeurs tout en respectant la forme naturelle de l’arbre.

Au printemps

  • Enlever les branches mortes, brisées et malades
  • Éclaircir le bout des branches.
  • Enlever ou pincer les branches en concurrence avec la tige centrale.
  • Conserver la forme pyramidale de l’arbre
  • Éliminer les gourmands.
  • Tailler modérément, de 10 à 15% maximum de la ramure.
  • Renouveler les branches charpentières.

Été

  • Enlever les branches mortes, brisées et malades
  • Enlever ou pincer les branches en concurrence avec la tige centrale.
  • Éliminer les gourmands et les branches à tendance verticale.
  • Éclaircir le centre de l’arbre pour permettre la pénétration de l’air et du soleil.
  • Éliminer les branches qui se frottent entre elles.
  • Tailler légèrement.

Techniques d’élagage

Coupe d’un rameau:

La coupe d’un rameau se fait à un angle d’environ 30 degré, légèrement au-dessus d’un bourgeon latéral et orientée d’un côté opposé à ce bourgeon.

Coupe d'un rameau

Coupe d’une branche:

Cette coupe doit toujours être faite à l’aisselle d’une ramification.

Coupe d'une branche

Coupe d’une grosse branche:

Étape 1 – Consiste à effectuer une incision sous la branche, à environ 30cm du tronc
Étape 2 – Consiste à effectuer une seconde coupe à 5cm plus loin que la première coupe, sur le dessus et vers l’extérieur de la branche à enlever.
Étape 3 – La dernière étape consiste à procéder à l’élimination de la partie de la branche
restante, en respectant l’angle de coupe et le collet de la branche.

Taille d'une grosse branche sur un arbre fruitier

La Culture Du Bleutier Nain

Culture du bleuetier nain

À cause de son port qui est très bas, cette plante s’adapte au climat froid du Québec. Une mince couverture de neige suffit pour le protéger de notre hiver rigoureux.

Choix du site et du sol

Le bleuet préfère le plein soleil, mais il tolère l’ombre partielle. Cependant, plus il y a d’ombre, moins le plant produit de fleurs et par conséquent, moins il porte de fruits. Le bleuetier nain préfère les sols légers, acides, bien drainés et bien pourvus en matière organique. Idéalement, le pH du sol devrait se situer aux alentours de 4,5 à 5,5. Pour connaitre le pH de votre sol actuel, rien de mieux que de faire une analyse!

Plantation

Planter profondément au printemps de façon à enfouir de 5 à 7 cm de tige. Cette pratique encourage la formation de rhizomes et réduit les pertes dues au choc de transplantation et au gel et dégel du sol en surface au cours des premiers hivers. Distancer les plants de 60 cm. Garder le sol humide en tout temps est un bon moyen de favoriser une bonne croissance des jeunes plants.

Fertilisation

Même si le bleuetier nain pousse dans des sols pauvres, il y a quand même lieu d’assurer une certaine fertilité. Généralement, une application annuelle d’engrais (azoté) et acidifiant est suffisante. Fractionner en trois applications cet apport d’engrais soit au départ de la végétation (début mai), une deuxième vers la fin de mai et finalement la troisième vers la mi-juin.

Récolte

Dans les régions du centre et du sud du Québec, la récolte du bleuet nain arrive environ 2 semaines avant celle du bleuet en Corymbe.

Comprendre Les Engrais

Comprendre les engrais

Les chiffres représentent le pourcentage des trois éléments principaux que l’engrais contient, soit l’azote, le phosphore et le potassium ou N-P-K. Ces trois éléments sont toujours présentés dans cet ordre et il est donc facile de savoir quel pourcentage de chaque élément l’engrais contient. Un engrais 7-10-8 contiendra 7 % d’azote, 10 % de phosphore et 8 % de potassium. Chaque élément est utilisé de façon spécifique par les végétaux.

Azote (N) : Constituant fondamental des protéines et de la chlorophylle (pigment donnant leur couleur verte aux plantes). Joue un rôle de premier plan dans la croissance des plantes. Sers aussi de nourriture aux micro-organismes du sol.

Phosphore (P) : Joue un rôle important dans la croissance des racines, l’implantation des jeunes plants, la floraison, la production et le mûrissement des fruits, la photosynthèse, la respiration et la croissance générale de la plante.

Potassium (K) : Circule partout dans la plante. Assure le transport des sucres, la turgescence et la rigidité des tiges. Augmente aussi la résistance générale de la plante (froid, maladies, insectes, etc.) . Contribue également à l’initiation des boutons floraux, à l’aoûtement des plantes ligneuses et à la fructification.

L’engrais est-il nécessaire à la croissance des plantes?

La plupart des sols, notamment ceux qui ont été améliorés par l’ajout d’amendement (compost, fumier, paillis) contiennent tout ce qu’il faut pour une croissance acceptable. Cela dit, on attend généralement davantage des plantes de nos jardins; une belle croissance dense et des fleurs ou des fruits en abondance sur une courte période. Pour obtenir une telle performance, un engrais peut-être nécessaire.

Biologique ou de synthèse?

Les engrais biologiques sont dérivés de matières organiques (plantes en décomposition, notamment) et libèrent généralement leurs éléments nutritifs tout au long de la saison. Une application annuelle suffit. Les engrais de synthèse (dérivés de produits chimiques) sont, pour la plupart, à libération rapide (il existe toutefois des engrais de synthèse à libération lente) et trois ou quatre applications annuelles peuvent être nécessaires.

Autres infos…

Les engrais existent sous différentes formes ; granulés, liquides, en bâtons ou solubles. À vous de choisir en fonction de l’action souhaitée; action coup de fouet ou action de fond.

Pour la période d’utilisation de l’engrais, le printemps et l’automne sont des périodes propices mais suivez bien les indications sur l’emballage car souvent ils peuvent brûler la plante, il est important de ne pas les verser sur les feuilles (sauf pour les engrais foliaires) et de préférer des jours de pluie ou des jours ou le sol est déjà bien humide pour ne pas brûler les racines. Évitez également l’engrais sur les très jeunes plantes qui sont plus délicates.

 

Sources:
maison.lapresse.ca
www.jardinage.net

Comment planter les vivaces l’automne

Si vous avez repoussé l’aménagement d’une nouvelle plate-bande ou la plantation de quelques arbustes au printemps dernier, vous disposez de près de six semaines avant le premier gel sévère pour le faire.

Dans plusieurs régions, vous pourrez procéder jusqu’en octobre, parfois même jusqu’au début de novembre. Profitez-en pour venir dénicher quelques perles rares parmi nos spéciaux de fin de saison en magasin. L’automne le sol est réchauffé et la pluie est généralement plus abondante. Ces conditions favorisent la croissance des racines.

Secrets d’une plantation automnale

  • Creusez un trou aussi profond et trois fois plus large que la motte racinaire. Amendez le sol si vous le jugez nécessaire. Si des racines font le tour de la motte, détachez-les délicatement et dirigez-les vers l’extérieur.
  • Déposez la plante au centre du trou, puis ajoutez la quantité requise de mycorhize pour assurer une meilleure reprise.
  • Comblez le trou de terre, tassez doucement et arrosez abondamment.
  • Appliquez ensuite une couche de 5 à 10 cm de paillis, comme du compost, des feuilles déchiquetées ou du bois raméal. Le paillis préserve la chaleur du sol, ce qui prolonge la durée de l’enracinement.
  • Arrosez au besoin jusqu’aux gelées de manière à maintenir l’humidité du sol, sans jamais le détremper, jusqu’à la toute fin de la saison de croissance.

Besoin de suggestions?

Alchemilla (Alchémille) - vivace

Alchemilla (Alchémille)

Astilbe - vivaces

Astilbe

Bergenia - vivaces

Bergenia

Hemerocallis (Hemerocalle) - vivaces

Hemerocallis (Hemerocalle)

Hosta - vivaces

Hosta

Lillium (Lys) - vivaces

Lillium (Lys)

Leucanthemum (Marguerite) - vivaces

Leucanthemum (Marguerite)

Phlox - vivaces

Phlox

Dianthus (Oeillet) - vivaces

Dianthus (Oeillet)

Papaver oriantal (Pavot d'Oriant) - vivaces

Papaver oriantal (Pavot d'Oriant)

Paeonia (Pivoine) - vivaces

Paeonia (Pivoine)

Plantation Des Arbres Fruitiers

Comment planter un arbre fruitier

Les arbres fruitiers ont leur place dans tous les jardins. Au printemps, leur floraison éblouissante ajoute le plaisir des yeux à la gourmandise. Les formes et les tailles sont extrêmement variées !

Les arbres fruitiers aiment en général une exposition ensoleillée, voir mi- ombragée. Sur la plupart des arbres fruitiers, la pollinisation est « croisée », c’est-à-dire qu’elle se produit d’un arbre à l’autre. Il faut donc souvent planter plusieurs fruitiers ensemble.

Type de sol

Le sol doit être de bonne qualité (fertile), bien profond et bien drainé. Le type de votre sol et le climat de votre région dicteront le choix des variétés de fruitiers à y cultiver.

Plantation

  • Les arbres en pot peuvent être plantés à n’importe quel moment de la saison.
  • La fosse de plantation doit être au moins 2 fois la largeur du pot par 1 fois½ la hauteur.
  • Le terreau de plantation idéal comprend: un tiers du sol extrait de la fosse ou de la terre brune, un tiers de compost et un tiers de mousse de tourbe. Ajouter une poignée d’engrais enracineur ou des mycorhizes au fond du trou.
  • Arrosez la motte avant de la mettre dans le trou et il est essentiel de retirer le pot.
  • Il est important de planter l’arbre à la bonne hauteur. Placer le collet à 2″ (5 cm) du niveau du sol.
  • Après avoir rempli le trou, il faut compacter le sol légèrement autour du plant pour éliminer les poches d’air.
  • Fixer ensuite un tuteur du côté des vents dominants, au nord-ouest, à environ 10 cm du tronc, au deux tiers de la hauteur du tronc. L’attache utilisée doit être large pour ne pas blesser le tronc de l’arbre. Enlever le tuteur au maximum 2 ans après la plantation.
  • Tout de suite après la plantation, arroser abondamment afin que l’eau pénètre dans le sol sans ruisseler. Aménager une cuvette en terre de 10 cm, qui correspond au diamètre du trou et étendre du paillis. À l’automne, éliminer la cuvette pour éviter une trop grande accumulation d’eau.

Pour un sol dur et mal drainé comme l’argile, suivre la même procédure mais placer la hauteur du collet légèrement plus haut que le niveau du sol en formant un monticule de terre. Les racines s’en trouveront plus aérées et mieux drainées car elles se développent surtout dans les 12 premiers pouces.

Arrosage

Pour vérifier si la plante doit être arrosée, enfoncer votre doigt dans le sol. Si le sol est humide jusqu’à une profondeur de 5 cm, ne pas arroser. Si le sol est sec, arroser abondamment, mais en évitant un jet trop puissant, car il pourrait rendre le sol compact et imperméable. L’utilisation d’un paillis garde l’humidité et diminue la fréquence des arrosages.

Fertilisation

Lors de la plantation, utiliser un engrais de type enracineur ou des mycorhizes. Les années suivantes, utiliser au début du printemps, un engrais de type 14-7-14.

Soins préventifs

Ramasser les feuilles mortes à l’automne contribue efficacement à enrayer la tavelure et réduit considérablement la prolifération des insectes.

Taille

Elle se pratique lorsque l’arbre est en dormance vers la fin du mois de mars, avec des outils désinfectés et bien affûtés. Dégager le centre de l’arbre pour que l’air et la lumière pénètrent à l’intérieur, en respectant la forme naturelle de l’arbre. Ne jamais tailler la tête de l’arbre. Ne pas enlever plus de 15% du volume de l’arbre par année pour éviter de favoriser la pousse de gourmands. Éliminer les branches faibles, brisées, celles qui se touchent ou celles qui ont une fourche très aigue, chicots, bourgeons plats (sur la pousse annuelle) ainsi que les gourmands, rejets et drageons qui entrent en compétition avec l’arbre. L’angle idéal des branches porteuses de fruits est de 45 degrés.

Soins préventifs

Ramasser les feuilles mortes à l’automne contribue efficacement à enrayer la tavelure et réduit considérablement la prolifération des insectes.

Protection hivernale

Le tronc doit être protégé des rongeurs par des spirales de plastique ou une application, à la fin de l’automne, un répulsif liquide.

Back To Top
×Close search
Rechercher