skip to Main Content

Bienvenue!

Bien plus qu'une jardinerie traditionnelle, Pépinière Villeneuve vous éblouira par l'immensité et la beauté de son site. Avec ses serres ultramodernes et ses vastes aires de production, la Pépinière Villeneuve cultive chaque année plus de 200 000 plantes en pot, regroupant 1 000 variétés de vivaces et d’arbustes ainsi qu’une grande sélection de fleurs annuelles. Au cœur de l'érablière, découvrez de magnifiques jardins aménagés pour vous inspirer. Une collection de plus de 1 000 plantes matures! De par l'emplacement particulier du centre-jardin et notre statut de producteur, nous avons su faire de notre passion un mode de vie et un milieu de vie. Notre équipe qualifiée saura vous guider et vous conseiller.

Pépinière Villeneuve

951 rang de la Presqu’ile
L'Assomption (Qc) J5W 3P4
Tel: (450) 589-7158
Fax: (450) 589-4916
www.pepinierevilleneuve.com

*Centre-jardin FERMÉ*

Lundi au vendredi
8h30 à 12h00
13h00 à 16h30
Samedi
Fermé
Dimanche et férié
Fermé

Les protections hivernales

Comment installer les protections hivernales?

La protection hivernale consiste à protéger les plantes qui ne résistent pas aux froids rigoureux de l’hiver ou encore qui y sont sensibles. N’oublions pas aussi les dommages qui peuvent être causés par le poids de la neige ou du verglas! Notez par contre que la plupart des plantes n’ont pas besoin de protection hivernale. Même avec une bonne protection, certains hivers sont très rigoureux et peuvent quand même apporter son lot de dommages au jardin.

Les besoins en protection hivernale sont différents d’une région à l’autre. Par exemple, certaines régions bénéficient d’une bonne couverture de neige est permanente durant une bonne partie de l’hiver, alors que d’autres, non. Perdant cette précieuse isolation qu’est la neige, certaines plantes deviennent alors vulnérables aux froids mordants de l’hiver.

Les vents dominants de l’hiver dans une cour rendent les plantes beaucoup plus vulnérables! Elles auront évidemment besoin d’une bonne protection SURTOUT si elles sont tout près de leur point de rusticité. Celles qui ont la chance d’être abritées des vents ont elles, beaucoup plus de chances de survie. Quand exactement doit-on faire l’installation des protections hivernales? Le temps idéal est souvent vers la mi-novembre, parfois plus tard dans les régions plus chaudes du Québec, alors que la température nocturne se tient aux alentours de -5 ºC. . Il est aussi préférable que les végétaux aient perdu leurs feuilles. Il est très important de s’assurer que les végétaux respirent bien sous les protections hivernales. Enlevez les protections tôt au printemps, au dégel du sol, lors d’une journée nuageuse, lorsque le risque de gels sévères est passé.

Différente d'une région à l'autre!

Les besoins en protection hivernale sont différents d’une région à l’autre. Par exemple, certaines régions bénéficient d’une bonne couverture de neige est permanente durant une bonne partie de l’hiver, alors que d’autres, non. Perdant cette précieuse isolation qu’est la neige, certaines plantes deviennent alors vulnérables aux froids mordants de l’hiver. Connaitre la zone de rusticité de votre région s’avère essentiel pour vous aider.

Les vents dominants de l’hiver dans une cour rendent les plantes beaucoup plus vulnérables! Elles auront évidemment besoin d’une bonne protection SURTOUT si elles sont tout près de leur point de rusticité. Celles qui ont la chance d’être abritées des vents ont elles, beaucoup plus de chances de survie.

Quand exactement doit-on faire l’installation des protections hivernales?

Le temps idéal est souvent vers la mi-novembre, parfois plus tard dans les régions plus chaudes du Québec, alors que la température nocturne se tient aux alentours de -5 ºC. . Il est aussi préférable que les végétaux aient perdu leurs feuilles. Il est très important de s’assurer que les végétaux respirent bien sous les protections hivernales. Enlevez les protections tôt au printemps, au dégel du sol, lors d’une journée nuageuse, lorsque le risque de gels sévères est passé.

Quoi et comment protéger?

Les conifères érigés

Durant la 1re année suivant la plantation, les plantes doivent être entourées d’une clôture à neige recouverte de jute ou d’un agrotextile, qui ne doit JAMAIS toucher au feuillage des conifères. Pour les autres années, la protection doit demeurer la même pour les conifères plus sensibles (Zone 5 et plus). Pour les autres il faut simplement se limiter à les attacher à l’aide d’un filet ou d’une corde afin d’éviter que les branches brisent sous le poids de la neige.

Les conifères rampants

Ils n’ont besoin que d’une bonne couche de neige.

Les conifères greffés

Ils doivent avoir une protection complète chaque année; comme celle suggérée pour les arbustes de zone 5 et plus.

Les arbres

Les troncs des jeunes arbres doivent être protégés des rongeurs (rats, mulots, etc.). Installer une spirale anti-rongeurs à partir de la base du tronc jusqu’à trois pieds de hauteur (1m) et la retirer au printemps. Il est recommandé d’utiliser cette protection jusqu’à ce que le tronc ait atteint 2 ½ pouces (7.5cm) de diamètre.

Les arbustes

Au moment où ils ont perdu leurs feuilles. Les arbustes ont surtout besoin d’être protégés du poids de la neige. Il s’agit donc simplement de les attacher avec une corde. La clôture à neige n’est pas nécessaire sauf dans les cas suivants :

  • Si les plantes sont exposées aux sels de déglaçage (clôture à neige avec jute ou agrotextile).
  • Si vous soufflez la neige sur les arbustes, il est recommandé de les entourer d’une clôture à neige et de jute ou autre agrotextile.

Les arbustes frileux (zonés 5 et plus)

Certains arbustes sont très peu rustiques dans la région. Il faut les protéger avec une clôture à neige qui sera remplie de feuilles mortes ou de neige afin de mieux les isoler . Recouvrir de jute ou d’un agrotextile.

Les arbustes à feuillage persistant

Certains arbustes gardent leurs feuilles durant l’hiver comme les Buxus, Cotoneaster rampants, Euonymus, Ilex (houx), Mahonia, Rhododendron etc. Généralement ces plantes sont sensibles au vent et au froid. Il est donc préférable de leur donner une protection complète (clôture à neige avec jute ou agrotextile, vaporisation d’un produit antidessicant (Wilt Pruf)

Les vivaces

Après les premières gelées, lorsque le feuillage est fané, rabattre (tailler) la plupart des vivaces à 2 pouces (5cm) du sol . Étendre un paillis. Les graminées pourraient n’être taillées qu’au printemps, vu leur aspect hivernal décoratif. Besoin d’aide pour vos rosiers? C’est par ici!

Arrosage d’automne des conifères

La terre les entourant doit être humide afin de les alimenter durant les dégels de l’hiver. On doit les arroser en profondeur lorsque l’automne est sec pour compenser le dessèchement causé par les vents.

Fertilisation des plates-bandes et potager

L’automne est le meilleur temps pour l’apport de fumier ou de compost au jardin. La méthode consiste à recouvrir les plates-bandes d’environ 1’’ (2.5cm) de fumier ou de compost sur toute la surface entre les plantes. Pour le potager il est très important d’intégrer au moins 2 à 3’’ (5 à 7cm) de fumier ou de compost tous les ans. (Il est bon de changer de sorte de compost chaque année).

La protection hivernale des rosiers

Comment protéger son rosier avant l’hiver?

Un rosier peut être  »rustique » ou  »non-rustique ». Ce sont des expressions qui vous sont familières? C’est bien beau tout ça, mais…qu’est-ce que ça veut dire? On dit  »rustique » quand un rosier résiste bien au froid. Le rosier en question doit être de votre zone de rusticité ou d’une zone moindre (jetez un œil ICI pour la connaitre le numéro de zone de votre région). Chez Pépinière Villeneuve, la zone de rusticité est inscrite sur toutes nos étiquettes. Vous pourrez connaitre celle de votre rosier. Quelques exemples? Le rosier ‘Oscar Peterson’, rosier ‘Abbotsford’, rosier ‘Double Knockout’, rosier ‘Felix Leclerc’ ou encore le rosier ‘Emily Carr’.

Si la zone de votre rosier et de votre région concorde bien, vous avez un rosier  »rustique ». Il n’a pas besoin de protection, sauf peut-être une bonne couche de neige. Aucune jute, aucun géotextile et ne les emballez surtout pas de plastique. Pas de taille, pas de buttage et oubliez le cône à rosier! Bref c’est facile!

Un rosier  »non rustique » est tout le contraire! Malheureusement, il n’est pas bien adapté à notre climat ici au Québec. Ils sont très jolis, mais nos hivers peuvent être très froids et très difficiles surtout s’il n’y a pas beaucoup de neige! Ce sont des variétés fragiles qu’il faut protéger chaque année. Comment bien les protéger?

Le cône à rosier, la solution simple!

Hutte à rosiers fait de papiers recyclésPas pour rien qu’on l’appel le cône à rosier! C’est LA méthode la plus répandue. Sachez que les cônes faits en styromousse commencent à disparaitre. Ils ne sont pas écologiques du tout! Chez Pépinière Villeneuve nous avons une belle nouveauté; le cône à rosier fait à 100% de matériaux recyclés. Même principe, mais bon pour la planète.

Il faut commencer par tailler votre rosier pour qu’il puisse bien se loger dans votre cône. Taillez-le entre 30 et 45 cm (12 à 18 pouces) du sol. Ensuite, butez votre rosier avec de la terre, du compost ou des feuilles mortes. Qu’est-ce que ça signifie? Il s’agit de former autour du pied du rosier un monticule de terre d’environ 15 à 20 cm de hauteur en vous aidant d’une binette. Attention, assurez-vous que ce soit sec! Il ne faut pas apporter de la terre humide et mouillée. Ensuite, recouvrez-le avec le cône. S’il n’y en a pas déjà, percez de petits trous sur le dessus pour qu’il y ait un peu d’aération à l’intérieur. Placez une brique ou une pierre par-dessus pour le garder en place.

N’installez pas votre cône trop tôt! S’il fait encore très chaud, la température sera encore plus élevée en dessous! Installez-le plutôt vers le milieu ou la fin de novembre quand les plants sont dormants après quelques jours de température autour de -5 °C à -10 °C.

Quand retirer le cône à rosier?

Retirez le cône dès que la température le permet, car votre rosier peut souffrir de la chaleur accumulée sous le cône. De plus, l’humidité peut favoriser le développement de certaines maladies fongiques. Dans la mesure du possible, enlevez-le lors d’une journée nuageuse ou en fin de journée.

Quelques suggestions

Rosier Othello

Rosier an. ‘Othello’

H: 1,2m L: 90cm Floraison: 6-9
Couleur: Rouge Foncé Ensoleillement: Soleil
Fleur rouge foncé, dont l’odeur prononcée rappelle celles des roses anciennes.

Rosier Austin Fair Bianca

Rosier Austin ‘Fair Bianca’

H: 1m L: 75cm Floraison: 7-10
Couleur: Blanc Ensoleillement: Soleil
Fleurs doubles, blanc pur, très parfumées

Rosier Austin Graham Thomas

Rosier Austin ‘Graham Thomas’

H: 1m L: 1m Floraison: 6-10
Couleur: jaune vibrant Ensoleillement: Soleil
Port étalé. Fleurs jaune-or, doublées, très parfumées. Floraison continuelle.

Rosier floribunda Brilliant Pink Iceberg

Rosier floribunda ‘Brilliant Pink Iceberg’

H: 1,2m L: 1,2m Floraison: 7-10
Couleur: Rose et crème Ensoleillement: Soleil
Fleur crème et rose cerise, double. Léger parfum de miel

Rosier floribunda Burgundy Iceberg

Rosier floribunda ‘Burgundy Iceberg’

H: 1,2m L: 1,2cm Floraison: 7-10
Couleur: Pourpre Ensoleillement: Soleil
Fleurs en bouquets, pourpre foncé, plus pâle à la chaleur. Parfum doux.

Rosier floribunda Julia Child

Rosa floribunda ‘Julia Child’

H: 1m L: 1m Floraison: 6-10
Couleur: jaune  Ensoleillement: Soleil
Fleurs doubles, jaunes. Délicieux parfum d’anis et d’épices, résistant aux maladies.

Rosier floribunda Ketchup and Mustard

Rosa floribunda ‘Ketchup & Mustard’

H: 1,2m L: 70cm Floraison: 7-10
Couleur: rouge-jaune Ensoleillement: Soleil
Floraison et vibrant contraste. Pétales rouges à revers jaune moutarde.

Rosier floribunda Koko Loko

Rosa floribunda ‘Koko Loko’

H: 1m L: 80cm Floraison: 7-10
Couleur: Lavande clair Ensoleillement: Soleil
Bouton chocolat au lait s’ouvrant en une fleur lavande pâle. Parfum léger.

Rosier floribunda Marmalade Skies

Rosa floribunda ‘Marmalade Skies’

H: 1m L: 1m Floraison: 6-10
Couleur: ton orangées  Ensoleillement: Soleil
Bouquets de fleurs orange-tangerine sur un feuillage résistant aux maladies.

ATTENTION!!!

Ne coupez pas votre rosier trop court l’automne, car durant l’hiver, les bouts des tiges ont tendance à geler. Donc au printemps, supprimez les bouts en effectuant une taille. Par contre, si vous coupez trop court les branches à l’automne, il vous sera bien difficile au printemps de couper les bouts gelés sans obtenir un chicot de plante.

Sources:
Fiches horticoles Pépinière Villeneuve
espacepourlavie.ca
lapresse.ca

Rosier hybride de thé, floribunda et grandiflora

Avant de choisir un rosier, il est très important de connaître les caractéristiques de chacun. Dans leur cas, les rosiers hybrides de thé, floribunda et grandiflora ont absolument besoin d’une protection hivernale. Ils sont appelés « non rustiques » donc « non résistants au froid ». C’est un détail très important qui penchera sûrement dans la balance. Ces rosiers offrent une floraison exceptionnelle tout au cours de l’été. Ils demandent au moins 6 heures d’ensoleillement par jour, une bonne aération, un sol bien drainé et riche en matière organique. Il est à noter que les rosiers mal entretenus deviennent très sensibles à la maladie. Au printemps, avant la sortie des bourgeons, il est prudent d’appliquer de l’huile dormance.

Plantation

La plantation peut s’effectuer à n’importe quel moment de la saison. N’oubliez pas de prévoir environ 60 cm ou plus entre les plants. Le trou à creuser doit être au moins le double du volume du pot et la fosse de plantation doit être remplie de terre riche en compost, à laquelle il faut ajouter une poignée d’engrais enracineur et/ou de mycorhize. Petite astuce, arrosez la plante AVANT de la mettre dans le trou. De cette façon, vous serez certain que la motte sera bien humide avant de la planter. Placez le collet  (jonction entre la tige et les racines) légèrement plus bas que le sol puis arrosez copieusement le sol, ce qui favorisa une légère compaction autour du plant, pour éliminer les poches d’air.

Entretien

L’épandage de compost est nécessaire chaque printemps tout comme l’ajout d’engrais. Si le sol est pauvre, il faut fertiliser deux ou trois fois en début de saison, toujours avant la mi-juillet. Nettoyez aussi le plant en supprimant les branches cassées, les feuilles mortes et toutes les parties qui semblent malades ou brisées.  Tout au cours de la saison de croissance, il faut enlever les fleurs fanées afin de favoriser la floraison, en coupant à 45 degrés, à environ 1 cm au-dessus de la première vraie feuille à 7 folioles, tournée vers l’extérieur.

Arrosage

Lors des arrosages, évitez de mouiller le feuillage. Pourquoi? Le fait de le mouiller peut favoriser le développement des maladies fongiques. L’utilisation d’un boyau suintant peut s’avérer une bonne solution. Comment savoir si vous devez arroser? Enfoncez simplement votre doigt dans le sol. Si le sol est humide jusqu’à une profondeur de 5 cm, n’arrosez pas. Si le sol est sec, arrosez doucement. D’ailleurs l’arrosage devrait être fait tôt le matin afin de permettre au feuillage de s’assécher rapidement. En respectant ces règles, vous minimiserez les problèmes de maladies.

Taille

Au printemps, enlever les branches mortes ou celles qui se croisent ainsi que les pousses trop faibles. En début de saison, gardez 3 tiges jeunes et vigoureuses; supprimer les autres. Pour les grimpants, ne gardez que trois tiges et lorsque la plante est bien établie, le nombre de tiges à garder pourra doubler.

 

Le rosier rustique

Qu’est-ce qu’un rosier rustique?

La plantation: une étape importante.

Les rosiers rustiques demandent au moins 6 heures d’ensoleillement par jour et une bonne aération. Notez que lorsqu’on parle d’ensoleillement, on privilégie toujours le soleil d’après-midi. De plus, le sol doit être bien drainé et riche en matière organique. La solution simple est d’utiliser notre terreau de plantation Passion Jardins

La plantation peut s’effectuer à n’importe quel moment de la saison. Évitez quand même de le faire lors des période de grandes chaleurs ou de canicule. L’arrosage est plus difficile à gérer à ce moment là et même que certaine municipalités peuvent mettre des restrictions!

**Petite astuce**, arrosez la plante AVANT de la mettre dans le trou. De cette façon, vous serez certain que la motte sera bien humide avant de la planter.

  • Prévoyez environ 1 mètre entre les plants.
  • Creusez un trou d’au moins le double du volume du pot et remplissez-le de terreau de plantation Passion Jardins
  • Ajoutez une poignée d’engrais enracineur et/ou de mycorhize.
  • Placez le collet  (jonction entre la tige et les racines) légèrement plus bas que le sol et arrosez copieusement. Cet arrosage favorisera une légère compaction autour du plant pour éliminer les poches d’air.

L'entretien

Fumier de poulets FertiloL’épandage de compost est nécessaire chaque printemps tout comme l’ajout d’engrais. Pour le compost notre fumier de poulet de la compagnie FAFARD est un très bon choix puisqu’il est riche en azote, ce que le rosiers affectionnent beaucoup. Par la suite vous pouvez faire l’application d’un engrais conçu spécialement pour les rosiers.

Lors des arrosages, évitez de mouiller le feuillage. Pourquoi? Le fait de le mouiller peut favoriser le développement des maladies fongiques. L’utilisation d’un boyau suintant peut s’avérer une bonne solution. Comment savoir si vous devez arroser?  Enfoncez simplement votre doigt dans le sol. Si le sol est humide jusqu’à une profondeur de 5 cm, n’arrosez pas. Si le sol est sec, arrosez doucement. D’ailleurs l’arrosage devrait être fait tôt le matin afin de permettre au feuillage de s’assécher rapidement. En respectant ces règles, vous minimiserez les problèmes de maladies. Les rosiers ne doivent pas manquer d’eau surtout au départ de la végétation au printemps et à la remontée de la floraison.

 

La taille

Taille

En général, comme les rosiers rustique sont plus adaptés à notre climat, il est inutile de tailler les rosiers à l’automne, sauf si on doit installer une protection hivernale ou les déplacer. Si vous avez quand même besoin de faire une taille d’entretien elle doit se faire au printemps. Vous pouvez à cette période faire une taille dite de rajeunissement; gardez 5 à 7 tiges nouvelles et vigoureuses; supprimer les autres. Pour les grimpants, ne gardez que trois tiges et lorsque la plante est bien établie, le nombre de tiges à garder pourra doubler.

Source:
espacepourlavie.com

Le scarabée du rosier

Le scarabée du rosier

Scarabées du rosier s'attaquant aux fleursLe scarabée du rosier est surtout actif en juin et au début de juillet, mais ils difficile à contrôler. C’est un coléoptère de couleur vert olive avec de longues pattes orange. Ils peuvent créer beaucoup de dégâts très rapidement. Bien entendu, le scarabée du rosier ne porte pas son nom pour rien; en effet le rosier est sa plante préféré. Il dévore le feuillage et les fleurs des rosiers, ne laissant souvent que des nervures. Malheureusement, il ne s’attaque pas qu’aux rosiers. La vigne vierge, le lilas japonais, les hydrangées, les sorbiers, le lierre de Boston, la vigne à raisin, les spirées, la grande marguerite, les sureaux, les pivoines (fleurs), les ronces, les pommiers, les potentilles, les iris, les ormes, les chênes, les bouleaux et les aubépines. Les végétaux touchés subissent parfois une défoliation complète en peu de temps.

Signes de présence

Plantes défoliées, boutons floraux percés, fleurs détruites, fruits massacrés ou dévorés, tels sont les ravages de l’ouragan scarabée. Ils sont facilement repérables sur les plantes, installés en groupes. Malgré tout, ne vous en faites pas trop puisque les plantes survivent généralement à leur douloureuse expérience.

 

Moyens de lutte

Piège à phéromones scarabée du rosierD’abords, nous vous conseillons d’éviter la plantation de végétaux sensibles aux scarabées en sol sablonneux. L’élimination régulière des mauvaises herbes au pied des plantes ainsi qu’un bêchage permettant d’exposer les larves qui hivernent permettent une diminution de l’infestation d’une année à l’autre. Si vous êtes victime d’une légère infestation, la cueillette manuelle peut être une bonne idée. Faites tomber les insectes dans une eau savonneuse! Sinon, il est toujours possible de les aspirer avec une ‘’shop-vac’’ si vous en possédez une.

Le Réseau d’avertissement phytosanitaire recommande des produits à base de pyréthrine, de roténone ou encore de perméthrine. Vous en retrouverez dans des produits tel que; Bug B Gon, la Poudre à vaporiser pour Jardins et arbres fruitiers ou le Trounce. Le traitement au savon insecticide se fait par contact direct avec l’insecte et doit donc être utilisé dans les endroits affectés. En cas d’invasion, les traitements doivent être faits aux quatre jours jusqu’au moment où l’insecte est complètement éliminé. Il est aussi possible d’utiliser un piège à phéromones. Il  est composé d’un entonnoir, d’un réceptacle et d’un appât, attirant et capturant ainsi ces insectes et autres scarabées nuisibles. Attention, les pièges doivent être placés à au moins 3 m de vos plantes infestées. Combiner l’insecticide et le piège, augmente l’efficacité pour combattre l’infestation.

N’oubliez surtout pas que si vous décider d’utiliser une méthode de lutte chimique, il est très important de bien lire l’étiquette du produit et de l’utiliser selon les recommandations du fabricant.

Back To Top
Rechercher